Another Liquid Sound

7 Mai
»
31 Mai
Mathias Schmied

Mathias Schmied assume sa culture pop, curieux de tout il note un refrain, prélève des images de magazines, isole une phrase volée d’un polar ou d’une publicité. Il prélève la matière mais en rajoute au préalable. Il découpe en puisant dans un amalgame de formes et de couleurs, superpose papier imprimé et couches de peinture.

Sa pratique est avant tout celle de l’accident, du hasard du geste, d’une coulure, d’un jet de bombe qui lie un élément à un autre. Le support fait le lien, une nouvelle entité plastique se créé. La matière, la couleur se superposent au texte. Tout se tient et s’égalise dans la matière et dans le sens qui émerge de ce tricotage de matière.

L’artiste confronte des techniques et des temps. Le temps des grands gestes à la Pollock, des coulures et des projections de peinture. Il multiplie les effets, les facilite. Il les provoque avec une cadence qui cache un contrôle lié à l’expérience. Celui du temps de séchage, de la vitesse d’exécution d’un trait de bombe, la combinaison des couleurs ou la qualité du support…

 

La matière s’accumule et l’image se modifie. C’est là, dans la seconde phase qui se profile que l’artiste travaillera sans filet. Mathias va soustraire avec rigueur. La découpe ne permet pas l’erreur car le travail de broderie de l’artiste tient souvent à un fil. Les traits de peinture qui se croisent et se soutiennent, soutiennent l’image aussi, à moins que ça ne soit le texte qui soutienne la peinture. Le hasard fait place à une certaine logique, une cohérence dans le processus préétabli par l’artiste. Tout le corps ne virevolte plus d’un angle à un autre mais penché sur quelques centimètres carrés, les yeux rivés sur le trait de découpe. L’image prend du temps à se désosser, Mathias Schmied assume ces heures passées à une mise en dentelle minutieuse de la peinture pour en révéler l’armature, le squelette de l’œuvre dirait-il. Il épure mais enrichit l’image imprimée en lui redonnant une certaine noblesse, une complexité qu’elles ont perdues en étant maintes fois dupliquées.