La suée du dindon

15 février
»
19 Avril
Aurélie Ferruel et Florentine Guédon

Entre célébration joyeuse et chasse aux faux-semblants ou aux servitudes du folklore, Ferruel et Guédon s’appliquent, avec beaucoup d’humour, à rendre une forme vivante aux traditions, y compris celle, paillarde, qu’une certaine bienséance intellectuelle tend à honnir de nos jours.
Vaniteux, cocu, nigaud, dupe…, toute désuète soit-elle, l’expression populaire n’est pas tendre avec le dindon qui prêtera pourtant sa plastique à la fontaine transpirant au centre de l’exposition du 19.
En ravivant cette mémoire langagière, La suée du dindon propose de se réconcilier avec une forme d’idiotie, celle dont a fait l’éloge une lignée d’artistes allant de Marcel Duchamp à Robert Filliou et Paul McCarthy. Une idiotie permettant de tout recommencer pour mieux aller voir ailleurs, une idiotie insaisissable et fluctuante comme l’eau qui suintera en continu dans cette exposition entre solide et liquide...