Thierry Gehin - La maison Heller

4 Novembre
»
30 Juin
Thierry Gehin

 

Dispositif de l’intervention : toutes les fenêtres du corridor qui longent le bâtiment sont recouvertes partiellement par des photographies ; il s’agit d’une série constituée de plusieurs points de vue de la maquette d’une maison pavillonnaire, en gros plan avec une faible profondeur de champ. Chaque photographie est collée directement sur les vitres, en laissant une marge en bordure du vitrage ; les photographies se trouvent encadrées par les menuiseries et par cet espace vide qui laisse voir encore en partie le bâtiment derrière tes vitres.

Cette maquette représente une maison ordinaire, c’est-à-dire sans grande singularité ; c’est en la photographiant en macro, de très près, avec une zone de netteté très limitée, que je m’efforce de créer un lien visuel, presque physique, charnel et un lien mental, voire affectif avec cette maison ; nous sommes en quelque sorte décalés par rapport au souci d’« objectivité » et d’« anonymat » de Hilla et Bernd Becher, puisque cette maison devient celle de chaque passant qui voudrait s’en saisir, pour construire mentalement un univers, sinon des souvenirs ou projections intimes, et ce, même si ce lieu demeure un lieu public.

Ces prises de vue tendent à nous faire oublier le statut de la maquette et de ce morceau de velours rouge qui sert de décor, ainsi que les matériaux factices et l’échelle réduite, pour nous projeter dans un espace fictif, mais à l’échelle de l’homme, plus vrai et authentique que ce que nous offre la réalité, en attente qu’un passant opère le déplacement de l’objet (la photographie /la maquette) vers un lieu à vivre, même si ce possible ne reste qu’imaginaire.
Certes, ce couloir n’est que partiellement recouvert de photographies, sur lesquelles la maison représentée n’est qu’une maquette ; pourtant la maison Heller est prête à être habitée : à ceux qui le désirent d’y créer des bruits, des odeurs, une atmosphère, d’en faire le lieu de leurs occupations et préoccupations, ainsi que celui des tâches nombreuses et variées qui les y attendent.

Thierry Géhin